Publié par : destinationculture | 28 juin 2008

De l’art à la gare du Nord

Quelle surprise de découvrir un drôle d’objet au milieu de la gare du Nord (en surface près des grandes lignes). Après quelques recherches voici son explication :

C’est une oeuvre de Fabien Chalon qui se nomme Le Monde en marche. La scénographie est pour le moins impressionnante : de dimension importante, (4,40 m x 6,40 m x 2,50 m), constituée de d’un film noir et blanc, d’une bande-son musicale (Night Traffic par Brian Eno & Peter Schwalm), de mécanismes et d’une boule blanche voyageuse, l’œuvre se met en marche une fois par heure et durant trois minutes, achevant sa scénographie, dans un nuage de fumée, par l’envol du bloc supérieur sur 1,50 mètres. Incitant les spectateurs au voyage, Fabien Chalon a déclaré: « L’idée était de faire un totem moderne, c’est-à-dire une œuvre qui parle à notre tribu d’Occidentaux […]. Ça me réjouit d’être dans la rue. L’art devrait toujours être pour tout le monde, c’est comme le soleil.»

Dans une première partie l’oeuvre film les personnes devant elle et diffuse ses images en léger différé. Le spectateur ne s’y attend pas et se retrouve sur un écran plutôt grand au milieu de la gare ! Effet garanti ……..

Si vous ne savez pas quoi faire en attendant votre train ………

 

 

Publié par : destinationculture | 27 juin 2008

La fête du cinéma Du 29 juin au 1er juillet

Pour la 24e année consécutive, la fête du cinéma aura lieu dans toute la France de dimanche à mardi. En 2008, la formule de cette manifestation change : alors qu’il fallait jusqu’à présent acheter sa première place au tarif plein pour pouvoir obtenir le fameux carnet-passeport, dimanche vous pourrez désormais l’obtenir avec vos réductions habituelles (tarifs étudiants, moins de 12 ans, séniors, cartes d’abonnement, tarifs de matinée…)

Sur présentation du carnet-passeport, toutes les places suivantes restent à deux euros seulement, pendant les trois jours de l’opération.

Près de 3 millions d’entrées ont été réalisées lors de l’édition 2007. Elle aura lieu partout en France, dans tous les cinémas participants.

Publié par : destinationculture | 24 juin 2008

Gay Pride

Cette année, la Marche des fiertés aura lieu samedi 28 Juin, dans la plupart des grandes villes du monde.
Cette manifestation se déroule tous les ans au cours du mois de mai ou de juin, pour rappeler les émeutes de Stonewall qui se sont déroulées dans la Christopher Street à New York le 28 juin 1969.
Rappel des faits: un groupe de lesbiennes, gays et transsexuels se rebellèrent contre les forces de police venues faire une descente au Stonewall Inn, un bar gay de New York et une lutte entre forces anti-émeutes et homosexuels fit rage pendant plusieurs jours. Les émeutes de Stonewall sont depuis considérées comme le début de la lutte pour l’égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels.
 
Brenda Howard, connue comme la « Mère de la Fierté », dirigeante de la première heure du Gay Liberation Front et de la Gay Activists Alliance coordonna la commémoration du premier mois anniversaire des émeutes, puis le premier anniversaire en organisant la Christopher Street Liberation Parade à New York le 28 juin 1970, tandis que des marches anniversaires avaient également lieu à San Francisco et Los Angeles.
Progressivement, toujours sous l’impulsion de Brenda Howard, les marches se sont organisées et, bien que chaque pays ait ses spécificités, on retrouve dans la plupart des défilés une organisation semblable.

Pour fêter comme il se doit les 30 ans du drapeau gay, apparu lors de la première manifestation contre l’homophobie à San Francisco, rendez-vous à partir de 13h00 place Denfert-Rochereau.
Le départ de la marche est prévu à 14h00 pour finir à Bastille ou FG>DJ Radio proposera un concert géant gratuit sur le Podium FG, avec Joachim Garraud, Antoine Clamaran, David Guetta, David Vendetta,

Publié par : destinationculture | 23 juin 2008

Dominique Perrault – Architecture – Centre Pompidou

Exposition du 11 juin au 22 septembre 2008

 

 

Le Centre Pompidou consacre, pour la première fois en France, une exposition d’envergure à l’architecte français Dominique Perrault. (C’est lui qui a réalisé la Bibliothèque Nationale de France.)

L’ambition de cette exposition est de faire découvrir, à travers une cinquantaine de projets, une œuvre qui ne se limite pas à un bâtiment, mais invente de nouveaux territoires d’expression, s’inscrit dans une recherche permanente en franchissant les frontières. Le visiteur y circule entre les lés de tissages métalliques, éléments fondamentaux de l’architecture de Dominique Perrault qui ne sont « en rien des murs impénétrables, séparateurs et autoritaires mais qui créent la perméabilité, l’interrelation. Ainsi d’emblée s’annule l’espace clos au profit d’un passage, d’une traversée ».

Publié par : destinationculture | 20 juin 2008

Place Vendôme

Place Vendôme  (métro madeleine, opéra) (architecte François Mansart, 1687)

 

 

 

A l’époque classique des 16è, 17è et 18è siècle, l’ « embellissement » des villes passa par l’aménagement de places géométriques destinées à servir d’écrin à une statue équestre du roi. Contemporaine de la place des Victoires, la place Vendôme fut édifiée pour recevoir la statue de Louis XIV en empereur romain. Appelée place Louis-le-Grand jusqu’à la Révolution, elle a pris aujourd’hui le nom de l’hôtel particulier qu’elle remplaça en 1687. Après un projet de place carrée, Mansart dessina un nouveau plan octogonal à pan coupé percé d’une seule rue, conférant à l’ensemble une atmosphère de salon. Edifiés au début du 18è siècle dans un style classique majestueux (colonnes, arcades, frontons), les fastueux hôtels de la place furent vendus à de grands financiers et des fermiers généraux. Le nouveau quartier en vogue prit le relais de la place des Vosges et du Marais. Lors de la Révolution, la statue royale fut renversée et envoyée à la fonte. Sur l’ancien piédestal, Napoléon fit édifier en 1806 une colonne à la gloire des soldats vainqueurs d’Austerlitz : il choisit la colonne Trajane à Rome comme modèle et utilisa le métal des canons autrichiens fondus. Des bas-reliefs en spirale racontent encore la campagne de 1805. Au dessus fut installée une statue de Napoléon qui ne résista pas au changement de régime en 1815. La copie que disposa Napoléon III est toujours en place. La fin du 19è siècle ajouta les lampadaires d’Hittorff. Enfin, nouvellement pavée de dalles et de granit, la place est devenue semi-piétonne en 1992. La place Vendôme reste symbole de luxe : son nom évoque les joailliers de la rue de la Paix (seul Boucheron est au n°26), l’hôtel du Ritz au n° 17 fondé en 1898. Au n° 13, le ministère de la justice fut acheté en 1717 pour y installer la chancellerie du royaume. Sur la façade, un mètre de marbre a été placé en 1795 pour habituer les Parisiens à la nouvelle unité de mesure.

 

Publié par : destinationculture | 19 juin 2008

Fête de la musique samedi

La fête de la musique aura lieu cette année, comme chaque année, le 21 juin, c’est-à-dire samedi prochain. Du fait du week-end, les différents concerts et animations devraient rencontrer un succès supérieur à la moyenne, surtout si la météo est au beau fixe. Cette année, le ministère de la culture a décidé de placer la fête sous le thème de la musique de film. Il est vrai que la musique était présente dans le monde du cinéma avant même qu’il soit possible d’entendre la voix des personnages.
Le grand concert de France Télévision et NRJ se tiendra sur l’hippodrome d’Auteuil, à proximité de la porte du même nom. Le plateau réunira plusieurs des stars du moment: Enrique Iglesias, Duffy, One Republic, Nâdiya, David Guetta, Francis Cabrel, Christophe Willem, Christophe Maé, Kat Deluna, Estelle, Sheryfa Luna, BB Brunes, Micky Green, Cinema Bizarre … D’autres concerts sont bien évidemment prévus. On notera ainsi un spectacle organisé par le ministère de la culture dans la cour du Palais Royal. Où apparaitra la chanteuse Catherine Ringer.

Publié par : destinationculture | 17 juin 2008

Exposition Marie d’Orléans au musée du Louvre

du 18-04-2008 au 21-07-2008 

Aile Richelieu, entresol

Marie d’Orléans, princesse et artiste romantique, est une figure hautement révélatrice des aspirations de son époque.
Dotée d’une éducation solide et ouverte transmise par son père, le roi Louis-Philippe, elle se passionne pour les arts et pratique elle-même le dessin et la sculpture. Comme son frère aîné, le duc d’Orléans, grand mécène et collectionneur, elle fait preuve d’un goût novateur et tisse des liens privilégiés avec des artistes de son temps, comme l’orfèvre Wagner, l’architecte Charpentier ou le peintre Ary Scheffer. Dans l’aménagement de son salon aux Tuileries, elle donne le ton d’un style gothique qui a dépassé la fantaisie et les approximations du style troubadour pour tendre à une plus grande exactitude historique. À travers un ensemble de peintures, de meubles et d’objets personnels – dont des prêts consentis par son descendant le duc de Wurtemberg –, le musée du Louvre propose une évocation de ce salon gothique et de l’univers intime de Marie d’Orléans. Des dessins et sculptures, dont plusieurs sur le thème de Jeanne d’Arc, seront présentés. Le Louvre rend ainsi hommage à un témoin exceptionnel du goût 1830.  

Plan interractif : http://www.louvre.fr/llv/pratique/plan.jsp

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente la première rétrospective française consacrée au peintre britannique Bridget Riley. Depuis le début des années soixante, cette artiste de renommée internationale développe une œuvre abstraite fondée sur l’exploration des effets optiques de la couleur et de la forme.

 Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11, avenue du Président-Wilson
75116 Paris
Tél. 01 53 67 40 00 

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

 

Tarifs

Plein tarif: 7.5 euros

Tarif réduit: 5 euros

Tarif jeune: 3.5 euros

Publié par : destinationculture | 13 juin 2008

La fête de la musique 21 juin 2008

La 27e édition de la Fête de la musique, qui aura lieu le 21 juin comme tous les ans depuis 1982, mettra à l’honneur les musiques de film, dont on célèbre le centenaire.

A Paris, le Palais Royal accueillera une création, « Rendez-vous chez Nino Rota », relecture de l’oeuvre du compositeur fétiche de Fellini par le chanteur d’origine napolitaine Mauro Gioia, dans une mise en scène de Catherine Ringer. La chanteuse des Rita Mitsouko a assuré la direction artistique de l’album dont le spectacle est tiré, qui devrait sortir le 3 novembre. Ce disque a en partie été réalisé par l’autre moitié des Rita Mitsouko, Fred Chichin, décédé le 28 novembre 2007.
L’Orchestre du conservatoire de Sète rendra aussi hommage à Rota en interprétant la musique du « Parrain », tandis que celui de Rouen jouera celle de « Star Wars », signée John Williams. L’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine interprétera le « West Side Story » de Leonard Bernstein et celui de Metz « La liste de Schindler » de John Williams.

De nombreux autres spectacles auront lieu à travers la France, pas forcément en rapport avec les musiques de film. Le grand rendez-vous populaire de la pratique musicale comptera cette année quelque 10.000 concerts organisés en France et à l’étranger.
La Fête de la musique sera célébrée dans plus de 100 pays et 340 villes, dont, pour la première fois, Melbourne (Australie), Sacramento (Etats-Unis), Erbil (Kurdistan irakien), Cebu (Philippines), Port-Moresby (Papouasie Nouvelle-Guinée), Hanovre (Allemagne), Ostrava (République tchèque), Malaga (Espagne) ou Québec (Canada)

L’événement, qui rassemble chaque année des centaines de milliers de musiciens amateurs ou simples badauds, notamment autour de concerts improvisés dans la rue, a été lancé en France en 1982 par Maurice Fleuret et popularisé par Jack Lang.

Publié par : destinationculture | 12 juin 2008

Teeth, Réalisé par Mitchell Lichtenstein ***

Ce film est trop « mordant » ! L’idée du scénario est pour le moins une des plus originale du cinéma d’horreur de ces dernières années. Le film souffre de quelques longueurs mais la fraîcheur de la jeune actrice Jess Weixler nous tiens pendant tout le film et nous permet de passer un agréable moment. Dans cette comédie d’horreur où une jeune adolescence « innocente » se retrouve en possession d’un « vagina dentata » (pas besoin d’expliquer le sens, ça coule de source), on prend un véritable plaisir douloureux à voir cette fille enlever toute virilité aux hommes qui osent l’approcher. Ce film critique ouvertement cette jeunesse qui prône la pureté du corps par le biais de l’abstinence avant l’acte sacré du mariage. Ceci par le jeu de Jess Weixler qui se perd dans ses pensées et ses idéaux en découvrant sa sexualité.

En conclusion c’est un film divertissant déconseillé aux âmes sensibles, qui nous rappelle une nouvelle fois que le cinéma indépendant américain monte en puissance avec des films de plus en plus malins malgré leur simplicité apparente.

 

Durée : 1h 36min. 

Année de production : 2007

Interdit aux moins de 12 ans

Older Posts »

Catégories